cuicuisinons la fête!

lundi janv. 24, 2011

Depuis l’annonce par le gouvernement d’une « Fête de la Gastronomie Française » nous ne cessons de nous interroger, Sébastien et moi, sur le contenu mais, surtout, sur l’intitulé même de cette célébration: « Fête de la Gastronomie Française », qu’est-ce que cela veut dire? Pourquoi pas tout simplement « cuisine » (comme on l’a déjà dit ici)? Si les mots ont un sens, qu’on nous permette de donner notre point de vue sur ces deux mots-là lorsqu’on les accole: « gastronomie », aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, a une acception luxueuse; y rajouter « française » n’est pas sans rappeler certain débat récent sur l’identité nationale. La cuisine pratiquée aujourd’hui en France est multiple — c’est une évidence de le rappeler — et c’est pour ça qu’on l’aime. Nous sommes fiers d’être, à l’occasion, de dangereux terroiristes (oui, avec un « i »), mais plus encore de partager des dim sun chez Tricotin avenue de Choisy, un bo bun à Belleville, un mafé malien à Montreuil, des bricks et des briouates à Barbès. Même si cela peut paraître absurde il nous semble important de rappeler de telles évidences: « gastronomie », qu’on le veuille ou non, a des relents bourgeois — il s’agit d’un constat, pas d’un reproche — et ne nous semble en aucun cas fédérateur. En plus, le mot a un petit côté consommateur (la gastronomie se consomme au restaurant) alors que la cuisine se pratique. Il ne s’agit pas d’ouvrir les restaurants, comme on l’a entendu dire, mais,  au contraire? de les fermer pour permettre aux cuisiniers d’aller à la rencontre de ceux qui ne vont JAMAIS au restaurant et inciter chacun à mettre la main à la pâte.

Il s’agit peut-être d’un vœu pieux mais, symboliquement, cela serait une incitation forte. Une telle fête de la cuisine deviendrait alors l’occasion d’échanger pratiques et savoirs à grande échelle. Nous sommes bien conscients que certains, dans ce domaine, n’ont ni pratique ni savoir (ou en sont persuadés), mais, justement, un tel évenement doit permettre de les réintroduire dans le circuit du partage alimentaire.

A la date d’aujourd’hui nous n’avons pas encore — pas plus que le ministre, semble-t-il — d’idées très arrêtées sur ce qu’il faudrait faire. Cependant, il nous paraît important de privilégier les initiatives qui renforcent le lien social, favorisent les échanges et initient aux pratiques, aux gestes, à ce qui constitue, en définitive, la culture de la table.

Dans les semaines qui viennent, nous allons continuer de réfléchir et, surtout, de rester à l’écoute: toutes les propositions (certaines existent déjà: on les a mentionnées ici) valent d’être entendues, écoutées, discutées. Les commentaires ici-même sont évidemment les bienvenus, mais nous pourrons aussi nous retrouver grâce à tous les moyens  de communication mis à notre disposition. Juste le temps d’ouvrir un compte ou de créer une page… Dont nous ne manquerons pas de vous donner les adresses bien sûr!

9 commentaires »
pascaline:

Merci pour votre post qui résume le fond de ma pensée il ne faudrait pas que cette fête de la gastronomie devienne seulement « un concept » élitiste.Avez vous pris contact avec Mr Lefebvre ou son cabinet?

janvier 24th, 2011 | %H:%M

Nous nous en occupons: Sébastien s’est rendu à l’invitation de Frédéric Lefebvre pour le lancement de l’opération et nous réfléchissons aux réponses à apporter… à suivre donc!

janvier 24th, 2011 | %H:%M
jean-louis:

Bonjour,
Totalement d’accord avec vous, si au moins une manifestation pouvait faire comprendre au plus grand nombre que la plupart de nos produits de terroir sont d’origine mondiale, un grand pas serait fait : haricot, piment, poivron tomate originaires d’Amérique du sud, l’ail , la betterave, la carotte, la laitue deu Proche Orient etc. Alors effectivement, de l’avenue de Choisy à la rue de Belleville tout est cuisine…
Lefèvre peut-il comprendre autre chose que le mot gastronomie ???? Chez ces gens là Monsieur….
De plus un Président qui ne boit que de l’eau et qui oblige ses ministres au régime, peut-il représenter un pays de cuisine. On peut faire le rapprochement aussi avec l’identité nationale et ne pas avoir aussi peur de dire on ne veut pas être américain dans notre façon d’être et de manger même si on peut y manger délicieusement comme partout.
alors je rêve d’une fête de la cuisine qui réunirait les meilleurs producteurs aux côtés des meilleurs cuisiniers, que l’on puisse aller chercher nos morceaux de victuailles et les confier au cuisinier qui nous apprendrait comment les respecter et les magnifier. Hélas avec des Lefèvre et consorts je crains que l’on aille à la pêche aux sponsors, fossoyeurs de la bouffe, les Carrefour, Leclerc et autres GMS. Que nous continuions dans la pensée du goût unique et uniforme. que nous nous accommodions à préférer les bouchons des cartes routières plutôt que les cartes de vin. Allons enfants de la Papille pourrait pourtant remplacer notre actuel hymne à l’amer. Là où notre ministre à raison c’est en faisant référence à Lang, un très joli nom pour de la cuisine, pour la musique c’est une autre partition, l’initiateur s’appelait Fleuret…mais notre objectif est le piano!
Alors pourvu que l’on cuisine à fleurets gourmands, la palais en éveil et les yeux au garde à vous des produits. Manger est avant tout une façon d’être et cuisiner une façon d’exister dans la plaisir, deux phénomènes qui rapprochent les esprits et les âmes et cultivent la farandole de l’amitié.
je vous suis sur votre volonté et suis prêt à mettre couverts et serviettes si vous avez besoin…
Amicalement gourmand
JL

janvier 24th, 2011 | %H:%M
Amandine:

Post très intéressant que je ne peux qu’approuver. Le choix du nom est maladroit, évocateur de l’excellence et parfois l’inaccessible restant cachés dans les restaurants.
Il faudra surement une bonne couverture médiatique et surtout de bonnes idées, dont vous ne manquez pas j’en suis sure !

janvier 24th, 2011 | %H:%M
Eric Roux:

Ne pourrions nous pas dire fausse bonne idée? Ou pas d’idées du tout en ce qui concerne le ministre? seulement 12% des français dépensent plus de 30€ une fois par an au restaurant. Ça calme. Ouvrons les routiers, les soupes popu, les restaurants ouvriers, la restauration collective, aux chefs de la télé et des médias. Youpi, mettons le bouzin. Invitons les services traiteurs de femmes d’origine immigrée, les restaurant sociaux, à nous faire à manger. Car la cuisine française est du sol et en aucun cas du sang. C’est pas parce que t’es marseillais que tu sais faire la bouillabaisse.
http://www.ocpop.fr bientôt!!!

janvier 24th, 2011 | %H:%M

À cent pour cent avec le camarade Éric. Oui au bouzin, au manger populaire et à la cuisine du sol. Imposons 25 % de restaurants sociaux dans chaque commune française sous peine d’amendes maousses. Ce serait-y pas beau ça ? Ça aurait tout de suite une autre gueule que le classement du « rrreuuhpas gassstrônômique des Frrronçais », dont on se demande bien en vain dans quelle dimension il existe, puisque (comme le rappelle très bien Bénédict) le terme « gastronomique » a pris une connotation élitiste et restauration de luxe, alors à quels Français attribuer ce « repas gastronomique » dont si peu ont l’expérience ?

janvier 25th, 2011 | %H:%M

bonjour,
T’as raison Benedict, ce serait bien de savoir exactement ce que reserve cette « fête ». D’autant que des fêtes de la cuisine, il y en a déjà beaucoup : fête de la cuisine lancée par un groupe de farine, fête de la cuisine lancée par Clouet, fêtes des voisins qui avance la cuisine et l’échange comme argument, la fête de la gastronomie qui s’affiche via facebook, sans compter toutes les manifestations divers et variées dans ce domaine. Pour ma part, je trouve l’initiative assez bonne. Reste à découvrir le contenu
bien à vous tous,
Kilien

janvier 28th, 2011 | %H:%M
Sébastien:

Quel est votre sentiment, alors, Kilien? Qu’il faudrait rassembler toutes les fêtes existantes pour n’en faire plus qu’une seule?

janvier 28th, 2011 | %H:%M
dominique:

coucou,
Nous avons fait la fête de la gastronomie en septembre, comme je travaille dans une école, à la restauration scolaire, nous avons fait cette fête et c’était délicieux…
Dominique

octobre 30th, 2011 | %H:%M
Laissez une réponse

Commentaire :